samedi 9 juin 2018

À ne pas manquer !


LE MOMENT QUE VOS CUISINES ATTENDAIENT AVEC IMPATIENCE EST ENFIN ARRIVÉ ! 


Deux ans après notre petite aventure au Népal, il est temps pour nous de faire une dernière action et de vous proposer d’aider encore le village de Thulosiruwari
Si vous êtes amateurs de cuisine népalaise, vous êtes au bon endroit ! 

Nous organisons une vente d’épices et de thé en provenance du Népal.

Tous les bénéfices de ces ventes iront à l’association Pyrénépal qui est en lien direct avec Ram et sa famille.
Ainsi, les fonds seront à leur disposition pour financer des projets comme l'achat de poubelles en dur pour éviter les dépôts sauvages de déchets, la banque alimentaire... et tous autres travaux du moment au village ! 

Alors n'hésitez pas et allez consulter les recettes récoltées lors de notre voyage !


ÉPICES NÉPALAISES - GARAM MASSALA 

Sachets de 25g de Garam Masala + 10g de curcuma - 3,5€
2 sachets de 25g de Garam Masala + 2 x 10g de curcuma - 6€
Sachets de 75g de Garam Masala + 25g de curcuma - 10€



THÉ - MASSALA BLACK TEA
Sachets de 30g - 6€
Pack 2 x 30g - 10€





A NOTER : SI vous avez envie d’épices/de thé mais que vous n’êtes pas sur Toulouse ou ses environs, pas de panique, nous vous proposons de vous envoyer vos petits paquets par la poste ! 

Pour plus d'informations, rendez-vous sur l'onglet Vente d'Épices et de Thé.

A très vite!


Zoé et François

lundi 11 septembre 2017

La vie à ThuloSiruwari en images !

Voici enfin la vidéo de notre petite aventure à Thulo Siruwari. Nous avons essayé de retranscrire le quotidien au village dans une vidéo d'un peu moins de 12mn !


A bientôt pour de nouvelles aventures !

Zoé et François

mardi 9 août 2016

Petit bilan de nos actions au village :


Durant ce mois au village nous avons ...

  • Construit des abris pour les vaches.


Après avoir acheté les tôles, nous avons confectionné la structure. Cet abris va permettre d'accueillir 15 vaches et ainsi de créer 2 emplois dans le village, pour des porteurs ayant perdu leur job après le séisme puisque le tourisme a chuté. Leur travail consistera à amener de l'eau et de l'herbe aux vaches, à les traire ainsi qu'à nettoyer leur abris. Ils seront rémunérés par la vente du lait. Le seul problème est qu'actuellement nombreuses sont les sources en eau du village qui ont disparu (suite au séisme d'avril 2015), avant d'accueillir le bétail il faut donc une solution pour l'hydrater. En effet les habitants, hors période de mousson sont obligés de descendre à la rivière 800 mètres plus bas (1h de marche) pour remonter de l'eau ce qui rend impossible l'accueil de 15 vaches. C'est pour cela qu'un second projet, plus ambitieux, a été lancé par Sadev Puri.




  • Participé à la "route pour l'eau"


Nous avons aidé, modestement, à la réalisation de ce grand projet d'une route menant à la rivière pour acheminer l'eau hors période de mousson! Nous avons en effet participé au Sindupalchock International Trail race dont les bénéfices ont été utilisés pour la route et les arbres retenant l'eau. De plus, après avoir suivi toutes les péripéties de la fameuse pelle mécanique, nous avons décidé de donner de l'argent afin de combler le manque financier créé par de multiples problèmes (casse, rochers, carburant...).




  • Aidé financièrement la famille


Une grande partie de l'argent récolté a été laissé directement à la famille qui nous a hébergés.


  • Distribué des stylos


Merci encore à l'Hotel Albert Premier de Toulouse de nous avoir donné des stylos, qui ont été distribués dans trois différentes écoles du village.



  • Offert un ballon

Les gagnants du match de foot qu'on a organisé à l'attention des enfants de 8-9 ans du village avec l'aide de Bashu ont pu garder le ballon ( Merci Nicole ). On en a profité pour enchaîner sur une petite partie de criquet avec les plus grands.


  • Et donné des vêtements !


Les quelques vêtements à donner que nous avions amené avec nous ont été laissés pour la plupart à la famille qui va se charger de les distribuer en fonction des besoins ( Merci les Saint Antonin, quelques bébés pourront être bien au chaud! ).


  • Aidé à l'agriculture et à la plantation des arbres.


La saison des moussons est surtout intense pour l'agriculture, y participer nous a permis d'apprendre leur façon de travailler!
Nous avons aussi aidé au transport (financé grâce au trail) et à la plantation d'arbres retenant l'eau donnés par le gouvernement.



  • Énormément partagé : 

Les échanges culturels ont été vraiment riches pendant ce séjour! A tous les niveaux ( culinaire, historique, au niveau des croyances... ) nous avons beaucoup appris de notre famille et des gens du village avec qui nous communiquions tant bien que mal. Nous avons également essayé de leur expliquer au mieux ce que peut être notre vie en France et fait goûter quelques plats français.
De plus, nos nombreuses discussion avec Bashu, qui parle déjà très très bien français, lui ont permis d’améliorer son niveau et nous avons profité pour échanger avec Maesh, un de ses amis, qui commence le français en vue de devenir guide. 




  • Filmé 


A de nombreux moments, nous avons posé la camera ou bien filmé nous même certains événements marquants. Nous avons même prêté quelques fois la camera à Niraj, le plus jeune frère de la famille, pour qu'il nous montre ce que c'est pour lui de vivre ici. On reste malheureusement un peu sceptiques quant au rendu de ces vidéos... A voir au montage!


  • Vers une nouvelle mission? 


En vivant dans le village et discutant beaucoup avec Sadev, une nouvelle mission s'est dessinée pour nous. On a alors consacré un peu de notre budget à faire des petits achats en vue de celle-ci. Vous en entendrez parler d'ici peu ! ( mystère mystère )




Voici un petit graphique détaillant la façon dont ont été employés vos dons :


Rouge : dons à la famille ( 35% )    
Vert : achat tôles ( 28% )          
Rose : achats pour prochain projet ( vous allez rapidement savoir ce que ce sera / 13% )            
Bleu : participation aux frais de construction de la route ( 16% ).  
Jaune : participation au Trail qui a permis le transport de quelques milliers d'arbres ( 8% ).

lundi 1 août 2016

Bonjour tout le monde! 

Voici le compte rendu de nos derniers jours au village, dans lequel nous ne sommes plus que deux français depuis jeudi dernier.

Nous avons chacun notre tour aidé Sadev dans son projet de reforestation du village. 

C'est alors à plusieurs heures de route que nous sommes allés chercher des arbres ( plus de 1400 par trajet ! ) pour les distribuer ensuite aux villageois. Ces espèces d'arbres ont la particularité de retenir beaucoup d'eau, contrairement aux pins très nombreux à Thulo Sirubari (qui ont le défaut d’être très inflammables, ce qui entraîne des feux de forêts en saison sèche). 

Après deux jours passés à réunir les pieds, tous les villageois avaient rendez vous pour les planter. C’était une opération très réussie!







Pendant que l'un partait avec Sadev pour charger le camion d'arbres, l'autre aidait le papa à la plantation du riz ou encore au stockage du maïs.





Même les derniers jours, on a eu droit à notre petit lot de péripéties liées à la fameuse machine.

Point info machine : 

La pelle mécanique a enfin commencé la route qui mènera à la rivière. C’était cependant sans compter sur sa consommation de gazole qui a provoqué d'autres petites galères. Le véhicule de livraison embourbé, il a fallut aider à décharger puis un villageois devait se charger d'acheminer les bidons de 200 litres jusqu'à la machine. Au retour de Sadev et Francois de la mission arbres, ces 3 bidons étaient restés à l'endroit où ils les avaient laissés! Jusqu'à 22 heures, avec une petite bande de jeunes du village, ils les ont alors descendus en les faisant rouler.

Repue, la machine a repris son chemin... Mais, encore une fois, a été stoppée en route par de la roche! La seule solution a alors été de commander un autre outil de 3 tonnes, qui a été descendu en tractopelle, ce qui a coûté très cher! On a alors décidé d'utiliser un peu de notre budget pour aider nous aussi à la route pour l'eau.



Le dernier jour, après avoir préparé un peu nos sacs, nous sommes allés jusqu'à la rivière la voir une fois avant de partir, c'est magnifique!

désolé la cascade n'est pas dans le bon sens


On a ensuite distribué les stylos de l’hôtel Albert 1er qui nous restaient aux différentes écoles du village.





Pour finir, on a fait un dernier petit tour dans le village, dit au revoir aux villageois avec qui on a passé beaucoup de temps et mangé une dernière fois dans la "maison des momos" ( seul endroit du village où, quand il y a de l’électricité, ces délicieux raviolis népalais sont préparés ). 

On en a aussi profité pour commander la farine de riz à ramener en France ( vous ne tarderez pas à savoir pourquoi! ).


Ce matin, nous avons quitté avec plein d'émotion notre famille népalaise, qui nous a offert des écharpes de prières bouddhistes en guise d'au revoir. Sabitri, la maman, a même versé quelques larmes au moment du départ!


A présent, c'est sous un ciel dégagé qui laisse présager la fin de la mousson ( espoir, espoir ... ) que nous partons faire un treck près de Pokhara. Après un mois au village, on a en effet décidé de visiter un peu ce beau pays et nous enchaînerons donc une semaine de treck avec Sadev et une semaine à Katmandou avec Bashu.


mercredi 27 juillet 2016

Bonjour à tous. 

Comme vous avez pu vous en apercevoir nous avons écrit un article en vitesse ( pas de relecture...) la fois précédente et n'avons pas eu le temps de mettre des photos. Vous trouverez donc l'article complet, n'hésitez pas à le relire !



Depuis samedi dernier nous avons été bien occupés. Il y avait beaucoup de travail dans les champs pour la plantation du riz, on y a alors passé les après midi de dimanche et lundi. Au programme, déplanter le riz qui a été semé 1 mois plus tôt afin de confectionner des petits bottes. On les nettoie ensuite pour les replanter dans les rizières préalablement préparées. La préparation des rizières est un job un peu plus physique : il faut désherber en totalité les gens terrasses ( sol et talus ) pour remplir les rizières d'eau puis retourner la terre ( ou plutôt la boue ) avec des bœufs.

Le papa Baktar en train de préparer le terrain pour le riz.




Lundi matin,nous sommes allés à l'école. Bien qu'en vacances, les élèves s'étaient réunis pour nous accueillir car les étudiants parisiens ont offert 3 ordinateurs à l'école. Nous en avons profité pour distribuer un stylo à chaque élève, environ 350. Il nous en reste alors 300 à donner à une autre école. Leur accueil était alors vraiment superbe : Apres les exercices physiques matinaux habituels ils ont chanté l'hymne national en rang devant nous puis nous ont offert une multitude de colliers de fleurs. C'était un peu intimidant mais surtout touchant. Thomas, un des élèves d'hec a alors fait un petit discours traduit par Sadev pour les remercier et expliquer un peu notre venue. Nous avons ensuite visité l'école et vu certains élèves au sein de leurs classes. 





Venons en au point info machine : après plusieurs jours d'arrêts forcé par la police népalaise, la pelle mécanique s'est enfin mis en route sur les petits chemins menants au village. Chemins tellement étroits qu'elle y a laissé la moitié d'une chenille! Nous avons alors dû attendre encore un jour qu'elle soit réparée pour la voir enfin s'approcher de la maison. Elle avance à présent pour la construction de la route et les deux ouvriers qui la conduisent logent avec nous chez les Puri. Dans le même temps, une deuxième machine a été commandée pour réaliser un grand terrain, sur l'idée des cinq parisiens. Celle ci, plus petite et avec des roues est venue doucement mais sûrement et a effectué tout son travail en une après midi. Le résultat est super, bien qu'un peu détrempé pour le moment.




Les nouveaux abris pour les vaches et pour la mais sont finis. Voici quelques photos des 2 jours de construction.






Avec deux tôles restantes, nous avons construit un petit abris pour le feu dehors, qui sert principalement à cuisiner la soupe pour les vaches et le poulet ( la religion des maîtres de maison interdit la viande a l'intérieur ).



Sabitri, la maman, était très malade et nous avons donc préparé seuls le dhaal baat et le poulet pour la famille et les ouvriers. Nous ne savons pas pourquoi ( Sadev est à Katmandou en ce moment et ne peut donc pas nous expliquer ) mais il n'y a personne dans les champs hier et aujourd'hui. D'où notre présence ici, à Chautara, le chef lieu de sindupalchock, pour vous donner des nouvelles.







Nous retournons au village pour 8 jours, vous n'aurez donc pas de nouvelles. Ensuite c'est direction Katmandu pour visiter un peu ! 

A bientôt ! 

Zoé et François